Être libre.

Une question me taraude depuis longtemps, depuis qu’il pèse dans ma vie un comportement dont je n’arrive pas à me défaire. Pourquoi est-ce que je m’inflige des actions qui me font du mal? Pourquoi je le fais en conscience et malgré mon envie d’arrêter?

Alors pour rassurer le lecteur qui passerait par là j’écris tout de suite ce dont je ne parle pas: je ne me scarifie pas, je ne me drogue pas, je ne suis pas alcoolique et je n’ai pas de problème clinique de relation avec la nourriture. Avec le sexe non plus (sait-on jamais ce que tu as en tête lecteur?).

Mais je fais chaque jour, plusieurs fois par jour, quelque chose dont je sais que ça me rend malheureuse à petit feu, comme si je prenais une dose de poison qui additionnée aux précédentes m’enfonçait dans mon marasme et me conduisait à ma perte certaine.

Ce comportement fête cet automne ses 10 ans. Depuis presque le même nombre d’années je sais qu’il ne devrait pas faire partie de ma vie que je veux libre et… non libre est l’adjectif qui convient le mieux et se suffit.

La liberté à mes yeux est le bien le plus précieux, qui ne coûte que de la volonté et du courage mais qui rend fière et épanouie. C’est sans vantardise que je qualifie l’enfant et l’adolescente que j’ai été libre. Même si le regard et les avis des autres, surtout de mes compagnons d’école, avaient un certain poids sur mes épaules, mon caractère fait que j’ai toujours fait et dit ce qui me paraissait bon malgré eux. J’ai construit mon univers, j’ai tracé ma route, entourée de ceux qui me faisaient du bien.

Entrée à l’âge adulte j’ai fait mes propres choix, mes propres erreurs, la tête haute et ne m’en prenant qu’à moi-même en cas de regrets ou remords. Personne jamais n’a eu d’emprise au point de me dicter mes actes ou mes comportements. Et mes héroïnes sont des femmes dont la vie entière porte cette fraîcheur et audace.

Je suis loin de cette période aujourd’hui, et mon caractère est toujours celui-là. Au fond. Car bien sûr il y a eu les coups durs, les moments plus fragiles, les ardoises qui pèsent un peu et entravent parfois. Mais je sais que je suis cette femme, et surtout je veux l’être. Pourtant, une addiction m’empêche d’aller aussi loin que je le voudrais dans cette liberté.

Si j’utilise ce mot addiction, c’est après différentes lectures pour en comprendre les mécanismes, notamment celle que je fais en ce moment même du professeur Michel Lejoyeux, Du plaisir à la dépendance, Nouvelles addictions, nouvelles thérapies. Alors quels signes m’ont fait comprendre que j’étais addicte et donc en nécessité de me soigner sans compromis?

  • j’y passe plus de temps que je ne le voudrais vraiment
  • je fais cette action de manière automatique
  • cette activité comble des trous sans me satisfaire (sans aucun jeu de mot, décidément coquin de lecteur!)
  • je manque de temps pour faire des choses identifiées qui m’épanouiraient
  • je sais pour l’avoir analysée que cette activité engendre un mal être chez moi, qu’elle est nocive pour ma santé
  • quand j’ai réussi à m’être en pause cette activité je m’en suis rapidement trouvée mieux
  • malgré ce savoir je continue cette activité

Et pourquoi alors me demanderas-tu?

Parce que j’y trouve certains côtés agréables et positifs. Mais aussi parce que j’y suis addicte. Surtout pour ça en fait si je suis honnête.

Cette activité, je t’ai fait languir, c’est l’utilisation des réseaux sociaux.

J’ai un peu honte de l’écrire, de le crier ici. Mais un peu moins depuis que j’ai appris du professeur Lejoyeux que bien des facteurs involontaires prédisposaient une personne à un comportement addictif à telle ou telle substance. Donc tout n’est pas de mon fait dans cette situation.

Ce qui dépend de moi c’est de prendre le taureau par les cornes pour me sortir de cela, comme un fumeur mâcherait de la gomme nicotinique, et surtout mettrait en place des astuces pour changer ses habitudes. Je te donne les astuces que je m’applique à partir de demain

  • Choisir une date de fin de la pratique, la noter d’une pierre blanche et faire comme tu vois dans les films dans des réunions d’alcooliques anonymes « Cela fait 10 jours que je ne suis plus allée consultée le réseau social numérique qui me pourrissait » (Note à moi-même: créer et commercialiser des badges jours/semaines/mois/année?)
  • Supprimer mes différents comptes (Instagram, Facebook, Twitter). Tu le sais, celui qui a décidé de totalement arrêter de boire ne reprend pas « un verre comme ça juste un ». No, 0.
  • Remplacer cette habitude par d’autres que je trouve meilleures. Pour le moment je pense à ne rien faire pour vider mon esprit, être concentrée sur ce qui se passe autour de moi, appeler un ami, lire un article du journal auquel je suis abonnée, cuisiner, ouvrir un roman, marcher, colorier un putain de mandala à la mode Hugge Hygge

Mais mais mais, je me relis et je vois que je ne t’ai pas expliqué en quoi ce comportement était nocif pour moi.

D’abord sache qu’il est nocif pour tout le monde. Je te mets ce lien vers cette vidéo qui a accéléré mon envie de changer, évidemment tu trouveras pléthore de documentation dans le même sens. Je suis aussi la démarche du blogueur Ploum qui a terminé de me convaincre en exposant les bienfaits d’une déconnexion adaptée à ses besoins réels.

Pour ma petite personne égocentrée, quels effets nocifs à reprocher à mon utilisation des réseaux sociaux (je te parle de Facebook et Instagram)

  • une comparaison aux autres toujours en ma défaveur
  • une surcharge mentale insupportable
  • un temps volé qui s’oppose à ma recherche de liberté

C’est tout, mais c’est beaucoup. Car ceci entraine fatigue mentale, baisse de mes capacités de concentration, difficultés à créer, culpabilité, et manque de place pour faire ce qui me rend vraiment heureuse.

Et ma liberté est entravée. Je fais quelque chose contre ma volonté. Insupportable!

Je m’arrête là pour ce texte.
Mais je te préviens qu’un prochain traitera de la surcharge mentale, notion que j’ai envie de plus explorer.

Si tu veux on peut aussi discuter dessous de tes propres entraves à ta liberté.

A bientôt.